top

Hill 70
15-25 août 1917
Home>> En mémoire de >> Les récipiendaires de la Croix de Victoria >> O'Rourke
Michael James O'Rourke

Michael James O'Rourke, VC

Michael James O'Rourke est né le 19 mars 1878 à Limerick, en Irlande. Après le début de la Première Guerre mondiale, il s’est enrôlé dans le Corps expéditionnaire canadien en tant que brancardier au sein du 7e Bataillon d'infanterie. O'Rourke a reçu la Médaille militaire pour sa conduite dans la bataille de la Somme en 1916. O'Rourke s’est mérité la Croix de Victoria pour son courage et son dévouement envers ses camarades pendant une période de trois jours, du 15 au 17 août 1917, au cours de la bataille à la cote 70. Le Soldat O'Rourke est décédé à Vancouver, Colombie-Britannique, le 6 décembre 1957.

Citation

« Pour sa bravoure remarquable et son dévouement au cours d’opérations prolongées.
Pendant trois jours et nuits le Soldat O'Rourke, qui était un brancardier, a travaillé sans relâche pour évacuer les blessés, panser leurs blessures et leur obtenir de la nourriture et de l'eau.

Pendant tout ce temps, la zone dans laquelle il travaillait a été soumise à des bombardements très sévères et a été balayée par les tirs de mitrailleuses lourdes et de fusils. A plusieurs reprises, il a été renversé et partiellement enterré par des obus de l'ennemi. Voyant un camarade qui avait été aveuglé errant devant notre tranchée, à la vue de l'ennemi qui le visait, le Soldat O'Rourke est sorti de sa tranchée et a ramené l'homme à l’abri, malgré le fait que l’ennemi tirait sur lui aussi. Une fois de plus, il est allé à environ 50 verges en avant de notre barrage sous un feu nourri et précis de mitrailleuses et de tireurs d’élite ennemis, et a ramené un camarade. À une autre occasion, lorsque la ligne d'avant-postes s’est repliée pour fin de consolidation, il est allé à l'avant sous un lourd feu ennemi de toutes sortes et a ramené un blessé qui avait été laissé derrière.

En tout temps, il a démontré une absence de soucis absolue pour sa propre sécurité, est allé où il y avait des blessés à secourir et son magnifique courage et dévouement dans la poursuite de son travail de sauvetage, en dépit de l'épuisement et du feu incessant et nourri d’armes ennemis de toutes sortes, a inspiré tous les grades et a sans aucun doute sauvé de nombreuses vies. » [traduction]

(London Gazette, no.30372, le 8 novembre 1917)

  • Droit d’auteur © Le projet du monument commémoratif de la cote 70     |
  •      Site Web par Inorbital     |
  •      Conception par Yves Florack
']); _gaq.push(['_trackPageview']); } catch(err) {} } //]]>